Mettre le Tibet au centre des discussions sur les changements climatiques: appel de l’Administration centrale tibétaine aux leaders mondiaux.

CoP21logo

 

 

 

Communiqué de presse

Sous embargo jusqu’au: 20 octobre 2015 (11h30 heure locale en Inde)

 

Mettre le Tibet au centre des discussions sur les changements climatiques:

appel de l’Administration centrale tibétaine aux leaders mondiaux.

 

Il faut mettre le Tibet à l’ordre du jour des prochaines discussions aux Nations Unies sur le Climat (COP21) selon l’Administration centrale tibétaine. En prévision du COP21, l’Administration centrale tibétaine appelle les principaux leaders mondiaux à prendre des mesures urgentes concernant les changements climatiques en commençant par un solide accord mondial sur le climat à Paris.

« Cette planète bleue est notre seule maison et le Tibet en est le toit » a dit le Dalai Lama. « Le plateau Tibétain a besoin d’être protégé, non seulement pour les Tibétains mais pour la santé et la pérennité du monde entier. »

Le plateau Tibétain est une région stratégique pour  l’environnement. Connu comme le « Toit du Monde », c’est le le plus haut et le plus grand plateau du monde. Sa hauteur moyenne dépasse les 4000 mètres au-dessus du niveau de la mer et il représente une surface de 2,5 millions km2.

« Le plateau Tibétain est primordial pour la santé environnementale de la planète », a déclaré M. Lobsang Sangay , qui dirige l’Administration centrale tibétaine. « Un désastre environnemental mondial peut être évité, mais nous devons agir maintenant pour nous assurer que le plateau Tibétain et le fragile écosystème du monde soient protégés ».

Pour faire prendre conscience et encourager l’action en faveur du climat pour le Toit du Monde, l’Administration centrale tibétaine a lancé aujourd’hui une action sur les médias et réseaux sociaux qui appelle tous les dirigeants du monde présents au sommet de Paris à s’assurer que le Tibet fasse partie des questions climatiques à l’ordre du jour.

« Le plateau Tibétain a besoin d’être protégé et les Tibétains doivent être les gérants de leurs propres terres afin qu’ils puissent prendre soin du Toit du Monde dont dépend la moitié de l’humanité », a affirmé Madame Vandana Shiva, illustre savant et écologiste indien. « Sa Sainteté tire la sonnette d’alarme pour la santé de la planète et nous avons besoin d’une grand vague de soutien aux actions pour le climat sur le Toit du Monde lors du rassemblement des leaders mondiaux à Paris ».

Avec l’Arctique et l’Antarctique, le plateau Tibétain est le « troisième pôle » de la planète. Avec 48 000 glaciers, le plateau Tibétain abrite le troisième stock de glace  et la plus large source d’eau douce de la planète. L’étendue de son permafrost et le nombre de ses glaciers font du plateau Tibétain la principale source des six plus grands fleuves d’Asie qui fournissent en eau un tiers de la population mondiale.

Le Tibet subit de plus en plus les effets du changement climatique. Le plateau Tibétain a vu une hausse des températures d’environ 0.3 degrés Celsius toutes les décennies, ce qui signifie que la température a augmenté de 1.3 degrés Celsius en 50 ans, soit trois fois la moyenne mondiale.

Le Tibet fait face à l’impact des changements climatiques avec la fonte des glaciers, la détérioration du permafrost, la dégradation des pâturages, et l’accroissement de la désertification. En l’espace de 50 ans, 82 pour cent de la glace a reculé et plus des deux-tiers des glaciers pourraient avoir disparu en 20150.

Le permafrost alpin, qui joue un rôle crucial dans la santé de la planète, est très menacé. Sur le plateau Tibétain, le permafrost alpin stocke environ 12 300 millions de tonnes de carbone. Mais 10 pourcent de ce permafrost s’est dégradé durant cette dernière décennie. Le plateau Tibétain est également menacé par la désertification qui s’étend. Selon un rapport du Programme de Développement des Nations Unies, les pâturages du Tibet se transforment en désert à la vitesse de 2330 km2 par an.

« Les Tibétains doivent être consultés sur ce qui arrive à leurs terres » a déclaré Monsieur Lobsang Sangay. « Les nomades tibétains sont les gardiens experts des pâturages alpins et leur connaissance et expérience doivent être reconnues. Et la Loi sur la Protection de l’Environnement récemment proposée par la Chine doit servir de cadre légal pour demander des comptes au gouvernement chinois. Cette loi doit être équitablement et rigoureusement appliquée au Tibet ».

« Il existe des solutions à la crise climatique. Nous avons besoin d’une volonté et d’ une action politiques », ajoute Madame Dicki Chhoyang, Responsable de l’Administration centrale tibétaine pour l’Information et les Relations Internationales.

A la réunion COP21, des progrès doivent être faits dans le développement d’un nouvel accord international sur les changements climatiques avec l’adoption d’un nouveau plan climatique. Un tel projet doit comprendre des engagements significatifs et transparents de tous les gouvernements. Les leaders mondiaux qui se rassemblent à Paris doivent s’engager à parvenir à un solide accord mondial sur le climat. L’importance du Tibet pour la santé de la planète doit être reconnue et mettre le Tibet au centres des discussions sur les changements climatiques dans la monde.

 

Note à l’Editeur:

 

Pour de plus d’informations, contactez:

INDE (Dharamshala, HP)                                                FRANCE (Paris)

Tsering Wangchuk                                                            Tsering Dhondup

Press Officer                                                                    Coordinator

Central Tibetan Administration                                         Bureau du Tibet

Cell: +91-8679208465                                                    Cell: +33-(0)668949449

Email: tibetpressofficer@tibet.net                                               Email: tibetoffice@orange.fr

www.tibet.net/COP21

 

 

 

Contact Us at :
Office of Tibet
24, Avenue des Arts
1000 Brussels
Tel : +32 (0) 2 280 49 22
Fax : +32 (0) 2 280 29 44
E-mail : Tibetbrussels@tibet.net